01 février 2018

Retour aux sources

C'est là dans cette verrière, qu'il aimait venir s'asseoir quand il retrouvait son Angleterre natale.

Cet homme d'un autre temps avait traversé les mers du globe pour se rendre en Inde, en Australie, et cette végétation luxuriante dans son havre de paix lui rappelait ces contrées lointaines. Mais nulle part ailleurs la pelouse n'était aussi belle que celle de son jardin anglais.

tumblr_p08vq8dZfh1relmhpo1_1280

Voilà bien un personnage que me fait penser au livre de Barbara WOOD que je viens d'achever: " Australian Lady ".

Cette histoire des anglais partis en Australie, qui se sont mis à coloniser le territoire. Ils voulaient souvent recréer l'ambiance de leur Angleterre, en s'appropriant de vastes domaines. Ceci au détriment des aborigènes qui voyaient leurs lieux de vie, leurs lieux de culte profanés. Eux qui vivaient en suivant leur chemin de cantilène, eux qui sans boussole, retrouvaient leur chemin car tel arbre, telle pierre ressemblait au kangourou ou tout autre animal...

J'ai vraiment été transportée dans cette fin des années 1800, en ressentant une attache particulière pour tous ces peuples qui vivaient heureux loin de la colonisation qui leur fut imposée.

-*-

Là, ce soir je vais repartir pour l'Italie avec le quatrième tome de la saga d'Elena FERRANTE : L'enfant perdue - L'amie prodigieuse IV. Il vient de sortir en librairie.

 

Posté par CottGwladys à 15:15 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Nous autres européens avons durant des années coloniser tant de pays avec des conséquences souvent désastreuses pour les peuples occupés. En voulant apporter notre savoir et notre aide, nous avons souvent manqué de sagesse et de respect. Je m'en vais regarder la sage d'Elena FERRANTE qui je suis sure est captivante, je me fie souvent à votre bon goût. Belle soirée pour vous chère Gwladys.

    Posté par NOSTALGIE, 01 février 2018 à 17:10
  • Quelle magnifique bow window, j'adorerai y prendre le thé et regarder le parc
    A bientôt

    Posté par valerie, 05 février 2018 à 17:28

Poster un commentaire