25 novembre 2017

La Madeleine

Marcel PROUST (1871-1922)

Du côté de chez Swann

" Il y avait déjà bien des années que, de Combray, tout ce qui n'était pas le théâtre et le drame de mon coucher, n'existait plus que pour moi, quand un jour d'hiver, comme je rentrais à la maison, ma mère, voyant que j'avais froid, me proposa de me faire prendre, contre mon habitude, un peu de thé. Je refusai d'abord et, je ne sais pourquoi, me ravisai. Elle envoya chercher un de ces gâteaux courts et dodus appelés Petites Madeleines qui semblent avoir été moulés dans la valve rainurée d'une coquille de Saint-Jacques.Et bientôt, machinalement, accablé par la morne journée et la perspective d'un triste lendemain, je portai à mes lèvres une cuillerée de thé où j'avais laissé s'amollir un morceau de madeleine. Mais à l'instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis à ce qui se passait d'extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m'avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. Il m'avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de le même façon qu'opère l'amour, en me remplissant d'une essence précieuse : ou plutôt cette essence n'était pas en moi, elle était moi.

...

Et tout d'un coup le souvenir m'est apparu. Ce goût, c'était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray (parce que ce jour-là je ne sortais pas avant l'heure de la messe), quand j'allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m'offrait après l'avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. "

tumblr_omifgfD3P81rbrfu3o1_500

" Mais quand d'un passé ancien rien de subsiste, seules plus frêles, mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l'odeur et la saveur restent encore longtemps. "

 

 

Posté par CottGwladys à 18:15 - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

    Tout est dit, personne n'a mieux fait..

    Posté par Valentine, 25 novembre 2017 à 18:26
  • Tout beau ce texte et wow, j'adore ta photo! Bise, bon week-end tout en douceur!

    Posté par Maria Lina, 25 novembre 2017 à 18:53
  • Chacun a sa madeleine, la mienne a le goût et l'odeur du pain d'épice. Douce soirée!

    Posté par dan, 25 novembre 2017 à 19:41
  • Ces saveurs et odeurs enregistrées dans notre mémoire olfactive datant de notre enfance. Pour ma part je recherche toujours celle du café au lait dont le chaud parfum parvenait jusqu'à notre chambre au moment du petit dé jeuner. Je me demande quelle marque de café Maman utilisait . Malheureusement elle n est plus là pour me le dire.

    Posté par Annie Echenard, 25 novembre 2017 à 19:52
  • Ma madeleine...

    Le riz à l'impératrice... voilà ma madeleine à moi !!! C'est long à cuisiner, pas évident la recette pour une personne, alors j'en mange, j'en remange et j'en remange. Personne autour de moi n'apprécie l'odeur du riz qui cuit dans le lait. Dommage !
    Bon week end
    Bertille

    Posté par Bertille, 25 novembre 2017 à 20:24
  • Moi, c'est un mille feuilles. En ce temps là il existait des "écoles ménagères" où on apprenait à coudre à tricoter à broder à cuisiner et je me souviens de ce mille feuilles que ma soeur a cuisiné. Un délice. Même le mille feuilles de P. Hermé n'avait pas cette saveur.

    Posté par Syl., 25 novembre 2017 à 23:32
  • Ces souvenirs sont précieux...
    Belle journée
    Michèle

    Posté par defilenpinceau, 27 novembre 2017 à 13:53
  • Le souvenir des odeurs et du goût sont à jamais ancrées dans notre mémoire et datent souvent de l'enfance ; nous essayions de les retrouver et quand nous arrivons à nous en rapprocher, l'émotion est très vive
    Les madeleines sont des petits gâteaux que j'aime beaucoup elles fondent dans la bouche et me procure un très grand plaisir
    A bientôt

    Posté par valerie, 02 décembre 2017 à 13:06

Poster un commentaire