25 octobre 2014

Changement d'heure

Si certains jours où le soleil prédominait, nous avions encore l'impression de pouvoir profiter de la soirée, même à travers la vitre, à partir de cette nuit et du changement d'heure, il en sera différemment.

38525

Nous voilà bel et bien en automne. Les journées vont devenir de plus en plus courtes. Je vais devoir sortir Ilton, mon Cavalier King Charles, à une heure moins tardive pour éviter de le promener dans la nuit. Le soir au dîner toutes les petites lampes de la cuisine seront allumées. Bien que j'aie un peu l'impression de rentrer en hibernation, voyons quand même le côté positif avec cette intimité que procurent aussi ces soirs là.

Certes je fais un peu de résistance en ne changeant jamais l'heure dans ma voiture ! Elle reste toujours à l'heure d'été, comme si j'étais en attente permanente de ces beaux jours.

Mais dans la maison, ce soir ou demain matin, ce sera un tour d'aiguille ou de clic sur toutes les horloges, réveils ...

Ce ne sera quand même pas trop fastidieux, car je n'en possède pas autant que sur ce cliché !

800px-Trento-Mercatino_dei_Gaudenti-alarm_clocks-685x320

Posté par CottGwladys à 15:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]

24 octobre 2014

La Couleur du lait

Voici donc le livre dont je vous parlais.

numérisation0644

Mary a 15 ans, nous sommes en 1831 et elle vit dans une ferme du Dorset en Angleterre avec ses trois soeurs, son grand-père, sa mère et un père brutal.

wsm175607

Etant née avec une déformation du pied, elle ne peut être aussi efficace que ses soeurs dans les travaux des champs. Son père la fait donc engager comme domestique par le pasteur du village.

C'est Mary qui décrit : " au presbytère il y avait une porte verte avec un heurtoir et une boîte aux lettres en cuivre, et des fleurs, et des grandes fenêtres peintes en vert aussi. "

6036Walker

Car en effet, Mary la petite espiègle, très vive, très intelligente, apprendra à lire et à écrire. C'est donc elle qui raconte sa propre histoire. Au début le livre surprend car il n'y a ni réelle ponctuation, ni majuscules. Mais très vite on s'y habitue et on s'attache au personnage. Il m'arrivait même souvent de sourire à ses réparties.

Ici, une conversation qu'elle entame avec l'épouse du pasteur : " alors c'est ici que vous venez bouder ? j'ai fait. pardon ? edna a dit que c'était le boudoir. madame a ri. vous vous moquez de moi ? non, c'est charmant, un boudoir est une sorte de petit salon. quelles pièces avez-vous à la ferme ? eh ben y a la cuisine, l'autre pièce et la réserve aux pommes. "

Ou encore :

" je ne sais pas lire l'heure madame. on ne t'a jamais appris ? on en a guère l'usage à la ferme. mais comment faites-vous pour connaître l'heure ? on se lève quand il fait jour et on se couche quand il fait nuit. les animaux n'ont pas de pendule. ça les empêche de rien que je sache. "

En voyant que Mary s'appliquait dans l'apprentissage de la lecture et de l'écriture, je pensais qu'elle allait pouvoir évoluer socialement ...

394037[2]

... mais j'ai été vraiment révoltée par la fin du récit !!!

 

 

Posté par CottGwladys à 17:27 - Commentaires [3] - Permalien [#]

22 octobre 2014

La beauté du geste

Hier soir j'ai commencé la lecture d'un récit qui se passe dans la campagne anglaise du Dorset des années 1830. Je vous en reparlerai plus tard. Alors je me suis mise à penser à ces années-là où j'ai l'impression que la vie défilait moins vite qu'à notre époque. C'est certainement une illusion, mais elle est entretenue par des images d'un temps passé où il semblait que les femmes prenaient aussi le temps de se faire plaisir, notamment dans les travaux d'aiguilles.

Des instants rien que pour soi, un peu à l'écart du temps.

tumblr_mja1npprcr1s0u653o1_1280

Mais aussi des moments où de génération en génération, les mêmes gestes se transmettaient. C'était l'univers des femmes.

tumblr_mrsc93Q1cj1ral7z2o1_1280

 La beauté du geste : que vous soyiez femme privilégiée où les aiguilles étaient surmontées de magnifiques perles ...

tumblr_mwodahuirM1qjehcpo1_1280

... ou une femme aux ongles qui laissaient deviner une vie de labeur, mais qui retrouvait la délicatesse du geste dans sa broderie.

tumblr_n0h3osE38I1sdsh9do1_1280

Alors je rêvais de remonter le temps, d'être installée là dans un vieux fauteuil d'époque ...

tumblr_mu5gtwfn9W1rydqpho1_1280

avec, à portée de main une pelote d'aiguilles.

tumblr_m8x3k5GWPv1qjoiero1_250

 

 

 

 

Posté par CottGwladys à 17:17 - Commentaires [14] - Permalien [#]

20 octobre 2014

Un regard

Ces deux là, le Duc et la Duchesse de Cambridge, sont à longueur de temps harcelés par les photographes. Mais parfois il arrive que l'un d'entre eux capte un regard, un regard qui en dit long sur leur complicité. J'aime cette photo.

tumblr_mgvn6dGhyS1qd8ajzo1_400

" Deux regards qui se croisent, c'est un peu d'éternité reconnue. "

Henri Dreyssé

Posté par CottGwladys à 17:37 - Commentaires [7] - Permalien [#]

18 octobre 2014

Brumes d'automne

Chez moi aujourd'hui, le ciel reste gris, le soleil n'arrive pas à percer cette chape de plomb. 

Pour moi qui suis née au printemps, en Avril, l'automne ne fait pas partie de mes saisons préférées. J'y ressens toujours chaque année, comme une sorte de mélancolie, d'envie de me retirer dans ma tanière. J'attends impatiemment le 13 Décembre pour son dicton : " A la Sainte Luce, les jours avancent à saut de puce ". De plus ma grand-mère se prénommait Lucie. Alors mes pensées vont vers elle et ces jours de fin Décembre, ou début Janvier où tout nous ramène vers des journées plus éclairées.

Mais ne nous laissons quand même pas envahir par le spleen et pour celà rien de tel qu'une promenade dans la campagne pour ouvrir les yeux sur ce que la nature nous offre, même si le brouillard est présent !

Good-Mornig-In-High-Resolutions-Wallpapers-For-Free-Download

 

" le brouillard rampait et semblait se coller à la terre humide. "  George Sand.

Et cet homme à vélo semble tout à coup si mystérieux.

2750fe5b3a2c16ee1b1fa26d444517ce

Puis emprunter des chemins en forêt, se dire qu'il faudra aussi songer à se faire livrer du bois, car il ne reste plus que quelques bûches dans la réserve.

1141954[2]

Passer au bord d'un étang et admirer cette branche d'un rouge si vif, qui descend vers l'eau.

236f11232c89ebd2b1e211c1d5aab0f0

" Le brouillard, en s'attachant aux arbres, s'y condensait en gouttes qui tombaient lentement sur les feuilles. "

Honoré de Balzac

Passer ensuite devant un jardin aux couleurs d'automne.

10-24-11 070

S'arrêter un instant observer la toile d'araignée sur le dahlia.

024 Cobweb dahlias

Continuer son chemin, apercevoir cet homme qui s'en va dans la brume du petit matin.

c777291cb65428913ec0f0c93f565c0b

Continuer encore, franchir la barrière, ne plus trop savoir vers où on se dirige, mais se dire qu'un chemin nous amène toujours vers quelque part...

1142024[2]

" C'est l'incertitude qui nous charme. Tout devient merveilleux dans la brume. "

Oscar Wilde

Posté par CottGwladys à 15:57 - Commentaires [14] - Permalien [#]


16 octobre 2014

Téléphone

A l'heure où nous sommes tous détenteurs de téléphones portables, où l'on se sent rassuré de pouvoir joindre ou être joint par quelqu'un à n'importe quel moment, mais aussi où nous devenons esclave et complètement accro de ce mode de communication, je me mets à repenser à ces années pas encore si lointaines où la seule possibilité était de s'engouffrer dans une cabine téléphonique.

Les plus jolies et poétiques étaient biensûr celles estampillées aux armes de sa Majesté la Reine d'Angleterre, comme ici dans ce petit hameau.

england

Bien souvent elles étaient accompagnées des boîtes postales, rouges aussi.

f17ad4e8e23b868d9b25b86184d94d03

Un rouge aussi vif que le rouge de la vigne vierge en automne !

tumblr_mv9pd0KgqS1rc2mzfo1_500

Mais un rouge qui venait aussi éclairer une journée pluvieuse et bien grise au coeur d'un village anglais.

tumblr_mvuk84xuHJ1qju7zto1_1280

 

Les matins d'hiver, en se coiffant d'une couche de neige, elles nous emportaient déjà vers les fêtes de Noël.

tumblr_mxwuxs0nzt1r1vfbso1_500

Alors, j'ignore si elles vont toujours avoir leur utilité, si elles seront conservées dans un bel état. Je voudrais tant qu'elles ne soient pas abandonnées ainsi à tous les vents de l'hiver et à la végétation qui finirait par les envahir !...

8458352734_bd8c0fe383_z

 

Posté par CottGwladys à 15:07 - Commentaires [14] - Permalien [#]

14 octobre 2014

La Grande Muraille

Ma fille continue à parcourir le monde. Actuellement, la banque qui l'emploie l'a missionnée en Chine à Shanghai pour 2 mois.

Alors le week-end elle en a profité avec ses collègues pour partir visiter Pékin avec la Cité Interdite, le Palais d'Eté... Mais aussi la Grande Muraille de Chine, cette structure architecturale la plus importante jamais construite par l'homme. Longue de 6700 kms, elle a été construite, détruite et reconstruite en plusieurs fois et à plusieurs endroits entre le III è siècle avant JC et le XVIIè siècle.

DSC03071

Pour ne pas se retrouver avec une foule de touristes, ils sont partis à 1 heure de Pékin où la muraille est beaucoup moins fréquentée. Ils ont dû traverser un champ pour y accéder et payer une petite redevance au propriétaire paysan. Avec son épouse il tenait aussi une petite boutique. Comme le temps était brumeux ils lui ont donc acheté des cirés genre de ceux que l'on vous vend à EuroDisney. Puis comme il faisait froid, ma fille leur a aussi acheté un grand foulard aux couleurs vives : bleu roi, rouge, noir, blanc, avec un grand dragon. Elle pensait ne plus jamais le reporter mais sur ses photos il rendait très bien son foulard. Il faisait même très "couture" ! Alors ainsi accoutrés ils ont pu déambuler pendant une heure sur la muraille, en empruntant parfois des escaliers escarpés.

IMG_1772

De là haut ils avaient une vue sur la vallée.

DSC03070

Il faut dire que cette muraille est haute de 6 à 7 mètres et fait 4 à 5 mètres de large. Une des ses collègues avait le vertige et était complètement tétanisée. Elle n'a donc pas pu suivre le groupe. De plus, avec la brume, les pierres étaient très glissantes. Il fallait parfois s'agripper aux rebords pour avancer ! Mais c'était impressionnant. Ici des vestiges d'une tour de guet.

IMG_1781

Le seul regret, disait ma fille, c'était peut-être de pas l'avoir vue, cette muraille, par beau temps, comme ici lorsque le soleil se lève au petit matin.

The_Great_wall_-_by_Hao_Wei

Mais par ailleurs, le brouillard lui donnait un aspect fantasmagorique. Ici en l'empruntant on a l'impression de partir vers l'infini ...

IMG_1787

Posté par CottGwladys à 18:37 - Commentaires [5] - Permalien [#]

12 octobre 2014

Premières clémentines

Ce week-end pour la première fois cette saison, le magasin bio où je fais mes courses proposait des clémentines. Alors bien-entendu je me suis laissée tenter.

9fc159b899fc3ccd681818ace44d759d

J'aime tant retrouver la saveur de ce fruit !

05f6c030682ca0bafd9d6509d39b71d2

Dès la première tranche, chaque année c'est pareil, je revis immédiatement mes souvenirs d'enfance où la clémentine était toujours liée à Noël.

1262157571_354461

Toujours liée à ces desserts d'hiver.

e8f03a955e5370fe0ef702f60d7a996e

Alors aujourd'hui, pour un dessert du dimanche, je vous propose de taper sur le site Marmiton : Clémentines à la russe. Elles seront accompagnées d'un sirop préparé avec du jus d'orange, de citron vert, du sucre vanillé, du miel et de la vodka !

4e8da43cc59317135e71f71d33a06148

Posté par CottGwladys à 11:37 - Commentaires [10] - Permalien [#]

10 octobre 2014

Rencontre avec Colette et ses sulfures

L'été, nous vivons beaucoup dehors, au jardin. Les repas sont pris en terrasse et l'après-midi nous sommes souvent à la plage. Alors, quand vient l'automne, j'ai l'impression de redécouvrir mon salon et chaque fois c'est un plaisir de prendre le temps de regarder mes sulfures.

Je les collectionne depuis de nombreuses années. Ma première acquisition fut cette boule aux fleurs blanches bordées de rose, à droite de la photo. Je l'avais achetée dans une foire aux antiquités.

DSCF3749

Ensuite, tout au long de mes voyages j'en ai acheté d'autres : à Burford en Angleterre, en Bohême, à Venise ... Certaines m'ont été aussi offertes notamment celle au premier plan, par ma meilleure amie. Je suis fascinée par ces boules " presse-papiers ". Qu'on les regarde pas dessus ...

2781667053_51bb983fbb_z

... ou sous un autre angle pour apercevoir tous les détails.

6416040451_25f424e04c_z

Et les couleurs, les inspirations sont toujours si différentes, que vous en avez des multitudes !

99b58b088f67b78c9e0e03d7540a5c69

Ici des fleurs ...

5a88b4edd79f923ad8d8b4a1325444d6

... ou là des papillons.

a8f1e0c2da9c9bb29caf4648c9e8f1b2

Mais aujourd'hui j'ai envie de vous parler un peu plus longuement de l'écrivain Colette et ses sulfures.

Dans un recueil de souvenirs, l'écrivain américain Truman Capote, décrivit en 1970 à l'âge de 66 ans, sa visite à Colette dans son appartement du Palais Royal à Paris.

A l'époque, un après-midi de Juin 1947, il avait 23 ans et le coeur qui battait très fort car il était attendu pour prendre le thé avec la grande et célèbre Colette, âgée de 74 ans. Elle le reçoit dans sa chambre.

" J'eus d'abord un mouvement de surprise... Rougeaude et le cheveu crêpelé, de type presque africain. Des yeux de chat des faubourgs, obliques et bardés de khôl : un visage tout de finesse, mobile comme l'eau. Les joues fardées de rouge. Les lèvres d'une minceur et d'une ductilité de fil d'acier, mais rehaussées d'écarlate comme celles d'une vraie fille des rues.

Et la chambre renvoyait au luxueux confinement de ses romans les plus profanes - disons, Chéri et La fin de Chéri - avec des rideaux de velours, dressés contre la lumière de Juin. On s'apercevait bientôt que les murs étaient tendus de soie : que la lumière, rosâtre et chaude, filtrait de lampes drapées dans des foulards rose pâle. Un parfum - quelque mélange de roses et d'oranges, de tilleul et de musc - se balançait dans l'air comme une buée : comme une brume légère. "

Ce qui frappe ensuite le jeune écrivain c'est sa collection de sulfures.

DOISNEAU-2713-Colette-aux-sulfures-PARIS-1950

" Il y avait peut-être un millier de ces presse-papiers couvrant deux tables de chaque côté du lit : des demi-sphères de cristal emprisonnant des lézards verts, des salamandres, des mosaïques millefiori, des libellules, un panier de poires, des papillons posés sur des feuilles de fougère, des tourbillonnements de blanc et de rose, et de bleu et de blanc, ruisselant comme un feu d'artifice ; de jolis parterres de pensées, d'éclatantes poinsetties ...

Elle m'expliqua que c'était là le dernier raffinement des cristalliers, de ces artisans inventifs de la joaillerie du cristal qui firent la réputation des créations de Baccarat, de Saint Louis et de Clichy.

Celle-ci, tenez dit-elle c'est un Baccarat. Il porte un nom : La Rose Blanche.

C'était une pièce taillée à facettes, exempte absolument de bulles d'air et décorée d'un seul motif très simple : une rose blanche, montée sur centre fixe, avec quelques feuilles vertes. "

A la question de Colette voulant savoir quelles images l'une de ces pièces lui évoquait, il répond : " Des petites filles dans leurs robes de communiante. "

Ravie de la réponse, Colette lui offre alors le sulfure.

C'est à partir de ce moment qu'il est devenu collectionneur de ces sulfures et qu'il se mettra à la recherche des plus beaux partout dans le monde.

Les plus beaux ils les emportait toujours avec lui, dans tous ses voyages. " Parce qu'une fois éparpillés tout autour de la pièce, ils peuvent me faire paraître chaleureuse, et personnelle, et rassurante, la plus anonyme et sinistre des chambres d'hôtel. "

Parfois aussi il en offrait un à une personne chère et c'était toujours un de ses préférés, en souvenir des paroles de Colette :

" Mon petit, cela ne rime à rien d'offrir une chose si l'on n'y tient pas personnellement. " !

Posté par CottGwladys à 16:07 - Commentaires [10] - Permalien [#]

08 octobre 2014

Bouquets d'hortensias

Comme je l'écrivais il y a quelques jours, le moment est venu de cueillir les fleurs d'hortensias.

flower-arrangements-basket

Ces hortensias qui ont fleuri tout au long de l'été devant des manoirs bretons ...

ce31a306a27cc49341cf909253717b10

... ou de simples maisons de pêcheurs.

cf76dc22c8f6b0537d19cac0b2ec203b

Durant l'été, pour confectionner des bouquets, on a pu les cueillir quand ils avaient leurs belles couleurs de bleu, de rose.

tumblr_mozbp0Tc4K1qd8ajzo1_500

Et puis maintenant ces grosses fleurs ont pris leurs couleurs d'automne. Alors on les cueille, on les dépose dans la serre, on confectionne un bouquet pour la maison et là on se dit que la jardinière sera aussi très jolie dans la serre. Pourquoi ne pas l'y laisser pour l'hiver !

1000w

Elles sont si nombreuses ces fleurs qu'on en aura encore pour la maison...

2822384240_90cd6ebf37_z

... Qu'on pourra en déposer sur un coin de table ...

tumblr_msgqlkfQnS1rav43uo1_500

Et pourquoi pas confectionner une couronne à suspendre sur la porte d'entrée !

hydrangea-wreath

-o-

" Le premier homme de la préhistoire qui composa un bouquet de fleurs fut le premier à quitter l'état animal ; il comprit l'utilité de l'inutile. "

Le Livre du Thé

Okakura Kakuzô

 

 

 

 

 

Posté par CottGwladys à 17:57 - Commentaires [7] - Permalien [#]


Fin »